En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA ASTREDHOR http://www.chambre-agriculture06.fr Logo Astredhor Méditerranée Logo Lycée Horticole Antibes logo partenaire

Présentation de l'Unité Mixte Technologique FioriMed

Contexte et enjeux

L’horticulture ornementale constitue, par nature, un secteur de production très diversifié qui englobe plus de deux cents espèces végétales d’importance économique. Il s’organise en quatre branches d’activités spécialisées, avec chacune des caractéristiques particulières à tous les niveaux de la filière.

L’acceptabilité environnementale des cultures horticoles est questionnée aujourd’hui sur deux points principaux : l’énergie (pour les cultures sous serres) et les pesticides.

Concernant la question des pesticides, les partenaires de l’UMT FioriMed ont décidé de capitaliser les liens étroits entre l’institut technique de la filière horticole et l’INRA pour amplifier les activités de recherche, les activités d’expérimentation et les actions de dissémination à la fois auprès des producteurs et auprès des apprenants de l’horticulture.

La gestion des pesticides, constitue un verrou fondamental car il n’est pas rare que les cultures horticoles génèrent des indices de fréquence de traitement très importants (supérieurs à 150). En effet, les cultures horticoles constituent des produits à forte valeur ajoutée qui doivent être indemnes des défauts que peuvent notamment provoquer maladies et ravageurs.

Le secteur de l’horticulture ornementale se caractérise par différents facteurs de complexité par rapport aux cultures légumières :

- Certaines espèces horticoles (dont la principale, le rosier) se cultivent sur plusieurs années sans possibilité de vide sanitaire périodique de la culture.

- La filière horticole s’inscrit dans un marché mondialisé avec des échanges importants de matériel végétal « plante entière » qui constituent des points d’entrée majeurs de bioagresseurs exotiques. Ces nouveaux bio-agresseurs (ex : tripidés, coccidés) mettent à mal régulièrement les stratégies de protection intégrée mises en place par le secteur.

- Du fait de son caractère très atomisé en de multiples cultures de niches et de sa sensibilité aux effets de modes qui génèrent des turn-over très fréquents, le secteur horticole « travaille » sur du matériel végétal souvent peu connu d’un point de vue génétique et n’est pas en mesure de s’appuyer sur des variétés sélectionnées pour leur tolérance/résistance aux bio-agresseurs majeurs.

Le Plan Ecophyto 2018, la Directive européenne sur l’usage raisonné des pesticides, le projet Agro-Ecologique du Ministre de l’agriculture et la référence à la « double performance » économique et environnementale, imposent aux horticulteurs de faire évoluer leurs pratiques.

Aussi, les partenaires de l’UMT FIORMED ont souhaité insister sur le fait que les cultures horticoles sous serre constituent un « laboratoire » pour la mise en œuvre réelle des concepts d’agro-écologie avec possibilité d’une généricité des résultats pour les autres systèmes de production et un « laboratoire »pour lever des verrous existants de la protection intégrée.